World Press Photo à Montréal

Posted by J-P in Photographie | Tagged | 3 Comments

L’exposition World Press Photo se tient actuellement à Montréal. Cet évènement international, qui se déplace dans 70 villes de tous les continents, est au photojournalisme ce que le prix Nobel est aux sciences.


Photographe: Finbarr O’Reilly

L’image stupéfiante de cette femme nigérienne et de la main rachitique de son enfant a été choisie parmi 80000 photos de centaines de photographes de la planète comme étant la prestigieuse photographie gagnante de l’année 2005. Elle dévoile avec retenue et beauté la famine qui afflige cette région.

Je ne peux pas me prononcer pour vous, mais si vous êtes comme moi vous devez percevoir sans doute beaucoup d’informations et diverses émotions en regardant la photo. Les messages que je reçois devant ce regard de mère sont un besoin d’aide, la pauvreté, la tristesse. Sur la petite main, je lis une promesse de vie fragile, un vieillissement précoce et la détresse d’un petit être fort probablement affamé. L’image est du photographe canadien Finbarr O’Reilly qui travaille à l’agence internationale Reuters. La photographie atteint son but en livrant clairement ses messages et elle «fonctionne» bien. Puis, il y a ce commentaire qui complète le discours de la photographie et nous éclaire sur le contexte:

The fingers of malnourished one-year-old Alassa Galisou are pressed against the lips of his mother Fatou Ousseini at an emergency feeding center in the town of Tahoua in northwestern Niger, on August 1. One of the worst droughts in recent times together with a particularly heavy plague of locusts had destroyed the previous year’s harvest, leaving millions of people severely short of food.

Heavy rains promised well for the 2005 crops, but hindered aid workers bringing supplies. Relief had been slow to come. Accusations were leveled variously blaming the United Nations, Western governments, the international aid community and officials in Niger itself for failing to respond early enough to an imminent crisis. Just weeks before the photo was taken leaders at the G8 summit of the world’s richest nations had resolved to make poverty history by doubling aid to Africa by 2010.

Prenez un de ces deux moyens d’expression l’un sans l’autre, la photographie sans le texte ou le texte sans la photographie. Vous recevez une dimension partielle de la réalité par chacun. Lequel vous communique le plus rapidement son information? Sans risque de se tromper : l’image. Lequel décrit le mieux le contexte historique de l’évènement? Le texte. Lequel véhicule le mieux les émotions? L’image. Lequel vous informe le mieux sur la sécheresse au Niger? Le texte. Lequel vous communique le mieux l’état physique du petit garçon? Parions que c’est l’image. Tout ceci pour démontrer que l’union de ces deux modes d’expression fait la force et qu’ils sont admirablement complémentaires.

On rapporte les propos du photographe O’Reilly dans cet article de La Presse :

… Finbarr O’Reilly souligne quant à lui l’importance du message direct d’une photographie. «Pour moi c’est primordial de ne pas montrer des images stéréotypées. De ne pas toujours représenter les Africains comme des victimes par exemple. Je tiens à respecter la dignité de mes sujets. Pour cette photo du Niger, j’étais dans une zone où une grande famine sévit. Mais je savais que je n’avais pas besoin de montrer des enfants rachitiques. L’image la plus forte pour moi ce n’était pas un enfant, c’était sa main. Et le regard plein de dignité de sa mère.»

J’ai parcouru avec grand intérêt la page du site de World Press Photo qui affiche toutes les photos primées en 2005. Je vous encourage à prendre quelques minutes pour les examiner. Ces images sont souvent étonnantes et excellent dans l’art de communiquer visuellement des informations sur notre monde qui parfois nous sont totalement inconnues. Le photojournalisme dans sa plus belle expression, qui réussit à rejoindre une dimension artistique et l’art photographique.

En plus du portrait touchant de la femme africaine et de son enfant, je reproduis ici trois images qui me marquent tout particulièrement. Non seulement je découvre de belles photographies, mais j’apprends des choses fascinantes. Comme la prison surpeuplée de Maula au Malawi, où les prisonniers sont si tassés les uns sur les autres pour dormir qu’un prisonnier est chargé de réveiller la masse d’hommes pour qu’ils se tournent au même moment. Incroyable, mais vrai!


Photographe: Joao Silva

Puis, ce jeune travailleur du Bangladesh qui est sévèrement puni parce qu’il n’a pas complété son travail à temps! De nombreux enfants doivent faire des tâches dangereuses comme par exemple travailler dans des ateliers de peinture industrielle ou dans des tanneries qui utilisent des produits chimiques toxiques…


Photographe: G. M. B. Akash

Enfin, en Norvège un ours polaire réussit à manger un phoque sur un petit ilot de glace. Les plaques de glaces diminuent de grosseur, conséquence du réchauffement climatique, et l’assiette des ours polaires rétrécit avec les saisons. Si ça continue comme ça, la survie des ours polaires sera de plus en plus menacée.


Photographe: Pål Hermansen

Je ne suis pas encore allé à l’exposition de Montréal, mais je compte bien m’y rendre pour examiner en détail ces grandes photographies qui marquent «les misères et les splendeurs» de l’actualité mondiale.

World Press Photo 2006
Du 31 août au 24 septembre
Au loft du musée Juste pour rire
2111, Boulevard St-Laurent 5e étage
Coût: 5$
Heures d’ouverture: Du lundi au mercredi 11h à 20h
Les jeudis de 11h à minuit
Les vendredis de 11h à 20h
Les samedis et dimanches de 10h à 20h

3 Responses to World Press Photo à Montréal

  1. Suzanne Lavoie says:

    Tu me convaincs de visiter cette exposition pleine de réalités assommantes! Selon l’adage, ”une photo vaut mille mots…” L’image de cette femme et de la main de son enfant nourrit chez nous des sentiments de grande compassion. Les mots ne sont pas nécessaires! Quel talent chez ce photographe O’REILLY!

    Les 3 autres photos de ta communication sont également éloquentes et réalistes. Elles prennent le pouls de notre monde torturé et misérable.

    Espérons des temps meilleurs…

  2. Bonjour..

    Photos bien prise, vivantes..

    Bonne chance pour la suite.

  3. I had been recommended this website by way of this relation. I’m just now not optimistic if it put up is definitely compiled by your ex when no one identify such distinctive roughly my personal issues. You will be extraordinary! Many thanks!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *