Retour sur la juge Côté et le pédophile Luc X

Tagged | Leave a comment

Je réfère à mon précédent billet sur la malheureuse décision de la juge Lise Côté qui se trouve à diminuer, en appel, la peine du salopard de pédophile, Luc X.  Je demandais par curiosité quelle était l’identité du troisième juge qui partageait l’avis de la juge Côté.  C’est le juge Joseph R Nuss.

Comment j’ai trouvé ça?  J’ai su qu’on peut trouver sur le site des Décisions des tribunaux et organismes du Québec, le texte de toutes les décisions des tribunaux du Québec.  J’ai téléchargé la fameuse décision controversée.

Les transcriptions des propos et des actes du pédophile sont absolument horribles.   En plus, cette ordure avait le culot de se vanter de ses exploits dans les réseaux de pédophiles.  Dire que Lise Côté a accepté de réduire la peine de ce salaud, c’est assez révoltant!  Si l’on se fie sur ce cas précis, force est de constater que la justice est malade.

Si vous lisez la décision, j’attire votre attention à la toute fin du texte sur l’analyse du juge Morin.  En voilà un qui semble plus lucide que ses deux collègues.  En voici quelques extraits:

Contrairement à ma collègue, la juge Côté, je suis d’avis qu’il y a lieu de rejeter la requête pour permission d’appeler de la sentence prononcée le 1er novembre 2005 par la juge Dominique Wilhelmy…

Il me paraît bon de souligner ici qu’il faut être prudent dans l’application de l’expression «pire crime commis dans les pires circonstances». En effet, en poussant à bout ce raisonnement, les tribunaux ne condamneraient jamais qui que ce soit à la peine maximale, en considérant qu’on pourrait toujours imaginer un crime pire que celui soumis à leur examen.

Contrairement aux commentaires exhaustifs et subsistants du juge Morin, qui exprime son désaccord avec la décision, voici les motifs complets du juge Nuss qui soutient la décision de la juge Côté.  Ils se résument dans ce maigre  paragraphe anémique dont la logique semble bien faible.  Ce n’est même pas un extrait, mais bien toute son argumentation:

Avec égards pour les motifs du juge Morin, je suis du même avis que la juge Côté qu’une réduction de la peine s’impose et je suis d’accord avec les modifications qu’elle propose. Cependant je désire ajouter que je partage les réserves exprimées par le juge Morin quant à l’application du critère « pire crime commis dans les pires circonstances ».

On ne peut pas dire qu’il nous éclaire brillamment sur sa pensée.  En fait, je soupçonne par cet acte de présence qu’il ne devait pas penser grand chose et je me doute qu’il devait être quelque peu pressé…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *