Succès du Code Da Vinci

Posted by J-P in Films | Leave a comment

En vacances, Hélène et moi sommes allés voir le fameux film tiré du roman bestseller de Dan Brown, le Code Da Vinci.  En 2005, nous avions tous les deux dévoré le roman.  Notre verdict sur l’adaptation cinématographique: celle-ci est divertissante, fidèle au livre et nous l’avons bien aimée.  Bien sûr, l’aventure rocambolesque au sujet de la descendance de Jésus est abracadabrante et n’est pas soutenue ou crédible du point de vue historique puisque la fiction occupe les trois quarts du récit.  Mais, justement, quand on sait que l’on a affaire à une œuvre de FICTION, on se laisse prendre au jeu et à la folie de l’auteur. 

Il y en a qui aiment et d’autres qui n’aiment pas.  Il fallait bien s’y attendre et le Vatican s’en mêle comme on peut le voir dans cette riposte au Code Da Vinci.

LA CROISADE intellectuelle et religieuse, marketing et publicitaire bat son plein avant la présentation, mercredi, du film Da Vinci Code en ouverture du Festival de Cannes. Près de vingt ans après La Dernière Tentation du Christ de Martin Scorsese, le best-seller de Dan Brown et le film de Ron Howard ont fait sortir de leurs gonds les plus hauts responsables du Vatican et de l’Église catholique. Subtilement, le Pape a rappelé le 30 avril, au cours de la traditionnelle prière publique dominicale, que «la résurrection du Christ est le point central du christianisme (…). La nier comme on a tenté de le faire de différentes manières et comme on continue à le faire, c’est amoindrir (la) foi».
 
Au Saint-Siège, les prises de position sont allées de la condamnation à la récupération positive du phénomène, en passant par l’appel au boycott. A Pâques, le franciscain Raniero Cantalamessa avait ainsi fustigé devant Benoît XVI des écrits «pseudo historiques».

En fait, les gens qui ont transformé cette histoire en bulle médiatique par leurs nombreuses critiques négatives ou positives tombent dans le piège en faisant de la publicité au film.  Il faut aussi admettre que le temps de l’inquisition et du bûcher est révolu, comme le montre cet extrait d’un article du Figaro: “Les cathos ne feront pas la guerre à Da Vinci”  dont voici un extrait.

“Les gens sont prêts à croire n’importe quoi », reprend Gérard, 50 ans, comme en écho, sur le parvis de l’église parisienne de Saint- Sulpice. Mentionné dans Da Vinci Code, l’édifice est désormais visité par des touristes d’un genre nouveau. « Notre société est déchristianisée. Et c’est sur le terrain de la connaissance et non du dogme que nous devons d’abord agir », poursuit ce paroissien engagé. « Puisque les gens viennent Da Vinci Code à la main trouver des indices dans l’église, profitons-en pour leur parler de la Bible.»
 
Partout, des catholiques tentent de transformer l’intérêt pour les lieux saints éveillés par le livre, en ouverture sur l’église. Le mouvement de rechristianisation « Il est vivant » distribue un véritable manuel pour déjouer les pièges de Da Vinci Code et dissiper ses effluves sulfureuses. Point par point, le guide démonte les affirmations du livre, pour mieux valoriser celles de l’Église.

Le film a été froidement accueilli la semaine passée au festival de film de Cannes.  Les gens se plaignaient de longueurs et des dialogues loufoques entre Tom Hanks et Audrey Tautou qui ne font que parler et dialoguer tout le long du film.  Ils trouvaient qu’il n’y a pas assez d’action…  Je n’ai pas eu cette impression et je ne me suis pas endormi parce qu’il manquait d’effets spéciaux à toutes les minutes.  Oui, c’est un film assez «bavard» avec beaucoup de dialogues, mais ceux-ci sont nécessaires pour mener l’histoire complexe et farfelue à bon port.  De plus, nous avons revu des endroits que nous avons visités l’an passé à Paris dont le Louvre, ce qui a ravivé mon intérêt.

Ainsi, toute la controverse sur le Code Da Vinci n’empêche pas le film d’être lui aussi un immense succès populaire d’après les résultats des ventes qui viennent de sortir.  En fait, on pourrait même dire que la controverse alimente son succès.  Parlez-en en bien ou parlez-en en mal, le résultat net est une formidable publicité pour le film.  Tant aux USA, qu’ailleurs dans le monde et aussi chez nous au Québec où c’est la ruée.  Le film a globalement rapporté 224 millions durant sa première fin de semaine et casse la baraque.

Voici un texte de fond, Cracking the Da Vinci Code, du site Catholic Answers qui fait la lumière sur les erreurs historiques ou d’interprétation du livre de Brown.

Sur un ton humoristique, voici la critique codée du Code Da Vinci savoureuse et amusante, tirée du nouveau blogue de Stéphane Laporte:

Critique codée du Code Da Vinci
Vous allez sûrement durant les prochains jours aller voir le film Le Vode Ca Dinci (c’est une anagramme pour le Code Da Vinci). Comme c’est un film très compliqué à comprendre, vaut mieux savoir l’histoire avant. Alors c’est l’histoire d’un meurtre qui a eu lieu au Musée McCord (c’est pas vraiment au Musée McCord, mais c’est pour vous faire chercher). On a tué Stephen Harper, le conservateur. Le tueur est un moine albinos, probablement en faveur du mariage gai. On a retrouvé le corps dans la position du célèbre dessin de Sylvie Léonard De Vinci, De Architectura de Vitrine. Vous savez, le gars tout nu écarté avec quatre bras, quatre jambes et un très petit zizi.

La police décide d’appeler Forrest Gump, qui à force de manger du chocolat est devenu symbologiste à Harvard. Il se rend sur les lieux du crime et découvre le fameux code 13-3-2-21-1-1-8-5. Qui serait rien de moins que le numéro de la Master Card de St-Pierre.

Pour l’aider dans ses recherches, Gump fait appel à Amélie Poulain. Et c’est là qu’on comprend pourquoi elle a un fabuleux destin, elle est l’arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-petite fille de Jésus. Son vrai nom c’est Amélie Christ. Car, et c’est là l’épouvantable secret que l’Église tente de cacher depuis des siècles : Jésus a eu des enfants avec la Joconde ! Pas pour rien qu’a sourit ! D’ailleurs si vous regardez comme il faut, le tableau d’Herbert Léonard Da Vinci, vous voyez sur les bras de la Joconde un tatouage sur lequel on peut lire : Jésus loves Mona.

Où on en étais-je déjà ? Ah oui, derrière un autre tableau de Sugar Ray Leonard De Vinci, le symbologiste découvre un clef. Et c’est la clef de la mallette de Deal or no deal, dans laquelle est caché le Saint-Graal, qui est la Coupe Stanley du temps de la Bible. Finalement, la police retrouve le moine dans le marché opus dei. Elle essaie de le faire parler mais c’est pas facile de faire parler un moine quand il décide de se fermer la trappe. Pendant ce temps, Amélie Poulain va à Claire Lamarche pour essayer de retrouver son arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grand-père, qui ressuscite juste avant la fin de l’émission. Et du film.

Franchement, c’est un très bon film, mais je pense qu’ils vont se faire poursuivre pour plagiat. Parce que ça ressemble beaucoup au livre de Dan Brown, Le Code Da Vinci. La seule différence c’est que dans le livre, le symbologiste ressemble pas à Tom Hanks. Il me ressemble. En tout cas, quand moi j’ai lu le livre, il me ressemblait.

Devant le succès du Code Da Vinci, Hollywood a décidé de faire d’autres films sur les codes. Alors, il va y avoir le Code Morse The Movie, c’est bon mais un peu répétitif. Un petit coup, un autre petit coup, un long coup, un petit coup, un moyen coup, un moment donné, on se tanne. Il y va y avoir aussi le Code Morin, c’est l’histoire d’une assemblée syndicale de cols bleus. Ça manque d’action. Et enfin, le Code de la Route avec plein de beaux panneaux à décortiquer. Dont les panneaux de stationnement de Montréal, des heures de plaisir ! Au Québec, on va aussi avoir notre version du Code Da Vinci, ça va s’appeler le Code Murielle Millard et c’est Roy Dupuis qui va jouer le rôle du clown et Carole Laure va jouer le rôle de la peinture.

Maintenant j’aimerais savoir si vous allez vous rendre au cinéma voir le Code Da Vinci, ou si vous préférez lire le livre ou si vous aimez mieux aller à Cape Code. Gênez-vous pas pour écrire des commentaires incompréhensibles, Tom Hanks va les décoder !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *