Retour surprise en Alaska

Posted by J-P in Photographie, Voyage | 2 Comments

Je lis ce matin la section voyage sur Cyberpresse et tombe par hasard sur l’article de Laura Wides-Munoz En Alaska, la nature est reine, même en ville. La région que la journaliste a découverte est celle de Seward en Alaska. Le petit village côtier où j’ai entrepris ma merveilleuse aventure il y a deux ans et découvert les fjords et les baleines du parc de Kenai Fjords… La journaliste raconte son séjour en nature dans cette région fabuleuse avec son mari et sa mère de 65 ans. Je reconnais dans son itinéraire des points communs avec le mien: l’Exit Glacier, les loutres, les épaulards, Seward, les fjords de Kenai, etc. La conclusion de son article rejoint la mienne: Un voyage en Alaska constitue un périple dont la beauté est à couper le souffle.

Je vais dans ma banque d’images de Seward et trouve cette photo d’aigles perchés sur un arbre mort que nous avions repérés presque dans le village de Seward, après une bonne journée d’expédition à Seward. Nous venions de mettre les pieds à terre au retour de notre tournée en bateau. À peine à une centaine de mètres, il y a avait ce couple d’aigles qui lorgnaient les saumons du coin des yeux. Notre guide, Steve Freno, m’avait passé une lentille 400mm avec stabilisateur de mouvement, le petit bijou optique avec lequel j’ai photographié ces oiseaux magnifiques. C’est bien vrai, en Alaska la nature est reine, même en ville.

Puis, une image croquée à la petite marina de Seward:

Plusieurs autres images de mon voyage se trouvent ici. C’est plus fort que moi, il faut que je reproduise ici le contenu de cet article qui me rappelle de biens beaux souvenirs:

En Alaska, la nature est reine, même en ville
Laura Wides-Munoz
Seward; Alaska

Les deux morceaux de glace bleutée se sont écrasés dans la baie, disséminant les fragments de glace dans les eaux; quelques secondes plus tard, le grondement d’un glacier retentit sur les larges parois du canyon.

Mais seulement quelques-uns des 50 touristes prenant part à la traversée en bateau observent le spectacle. Ils sont plutôt fascinés par l’ours noir cheminant sur un escarpement à proximité d’une chèvre de montagne. Est-ce que l’ours verra la chèvre? Est-ce que la chèvre sera en mesure de sauver sa peau à temps?

En Alaska, la nature est reine, même dans les endroits urbains, où les pygargues à tête blanche sont légion et où les sommets dentelés des montagnes se détachent dans le ciel.

Le vaste éventail d’occasions qu’offre l’Alaska avec son grand territoire posent certaines difficultés au cours de l’élaboration de l’itinéraire du voyage. C’est la raison pour laquelle la plupart des touristes décident de parcourir l’Alaska en bateau de croisière. Mais nous avons été en mesure de créer un périple abordable et sur mesure, sans pour autant grimper à bord d’un gros bateau de croisière.

Notre groupe était composé de mon énergique mère, âgée de 65 ans, de mon mari amant de la ville et de moi, une campeuse enthousiaste, mais rouillée. Nous voulions faire l’expérience d’un milieu sauvage, mais la possibilité de nous retrouver seuls en pleine nature nous rendait quelque peu nerveux. Nous avons donc joint un groupe de randonnée et de balade en kayak au début de notre voyage. À la suite de recherches dans Internet, nous avons réalisé que la plupart des circuits touristiques avaient recours à l’expertise des mêmes guides. Réserver directement avec ces guides nous a permis d’avoir plus de flexibilité et de trouver des endroits où loger à moindre coût.

Notre séjour de neuf jours a été planifié en fonction de trois aventures : une journée de kayak, une nuit dans une cabane d’un parc national et une journée en bateau dans le Kenai Fjords National Park. Deux villes, Homer et Seward, nous ont servi de base pour notre voyage. Homer est une collectivité d’artistes située à l’extrême sud de la Kenai Peninsula et de Kachemak Bay. Alors que Seward, une ville portuaire au charme suranné, est un carrefour pour les circuits découvrant les glaciers et les expéditions. Ces deux villes offrent de nombreuses possibilités pour observer les principales attractions de l’État : les gros animaux, les grandes montagnes et les énormes glaciers.

Nous avons trouvé des gîtes simples, propres et de bon goût, avec des propriétaires offrant des conseils de voyage par courriel et qui laissaient les invités utiliser la cuisine pour préparer les repas.

Alors que la majorité des hôtels les plus renommés affichent complet durant la saison estivale, il y avait dans tous les endroits que nous avons visités, des gîtes, des hôtels et même des maisons privées offrant des chambres à louer. Il est aussi possible de camper, même dans le centre de la ville de Seward.

L’avion nous a menés jusqu’à Anchorage, nous avons ensuite pris un vol de 45 minutes qui nous a permis de survoler les montagnes d’Homer.

Hospitalité

À l’aéroport d’Homer, les comptoirs des compagnies de location de voitures étaient vides, mais au téléphone l’un des employés nous a suggéré de prendre les clés sur le comptoir, d’emprunter une voiture de l’entreprise et de revenir signer les papiers de location lorsque nous serions confortablement installés en ville. L’Alaska est réputé pour les merveilles de sa nature, mais l’hospitalité de ses habitants est aussi impressionnante.

Mako Water Taxi propose un transport fort pratique pour atteindre un lac de barrage glaciaire. La randonnée nous mène dans un endroit assez isolé, puisque l’utilisation de cloches contre les ours est recommandée. La piste est cependant assez facile et la civilisation n’est jamais trop éloignée. Sur le chemin du retour, le capitaine a fait plaisir aux passagers en effectuant un arrêt à Gull Island, un endroit où nichent des milliers de guillemots.

En kayak

True North Kayaking Adventures est un choix à privilégier pour les kayakistes qui en sont à leur première expérience. Le pique-nique sur l’île, la superbe vue sur les pygargues à tête blanche, les loutres de mer curieuses et les phoques ont permis de calmer nos muscles endoloris.

Nous avons séjourné au Ballaine House de Seward, un édifice historique situé au centre de la ville, qui se caractérise par l’hospitalité de la propriétaire. Elle nous a laissé utiliser son imperméable, ses jumelles et même sa voiture, tout en nous aidant à obtenir des rabais pour la balade en bateau dans les glaciers.

Le jour suivant, la campeuse rouillée et l’époux urbain ont effectué une randonnée de sept kilomètres jusqu’aux cabanes en bois rond situées à Caines Head State Recreation Area, qui peut aussi être atteint en bateau depuis Seward. Nous avions fait notre réservation pour la nuit par l’entremise du site Web. Mon seul regret est de ne pas avoir passé plus de temps à cet endroit. Après une randonnée et un après-midi passés sur la plage à observer les phoques et les loutres de mer, nous avons préparé notre repas sur le feu de camp. Avec près de 24 heures d’ensoleillement par jour, nous n’avions pas à nous demander si la nuit allait être froide.

Nous sommes retournés en ville le lendemain afin de participer à un tour avec Major Marine Tours pour voir les glaciers. Notre guide, était un spécialiste de la vie sauvage en Alaska. Nous avons pu observer des baleines et des épaulards.

La dernière visite sur notre liste était l’Exit Glacier, où il est possible de se retrouver à moins de 15 mètres d’un glacier. Si vous décidez d’ignorer les panneaux avertissant du danger, le bon sens et les fragments de glace qui tombent, vous pouvez en toucher un. Un voyage en Alaska constitue un périple dont la beauté est à couper le souffle.

2 Responses to Retour surprise en Alaska

  1. Suzanne Lavoie says:

    Je comprends ton bonheur à lire ce texte de Laura Wides-Mudoz…Quels beaux souvenirs pour un amateur et spécialiste de l’Alaska!
    Elle serait enchantée de voir tes magnifiques photos et ton superbe volume sur le sujet.
    Merci pour ces beautés que tu nous fait partager!

  2. Gilles Langevin says:

    Les images et les textes sur l’Alaska m’ont remis dans l’ambiance de rêve où nous t’avons suivi d’abord sur les routes, puis sur les images magnifiques que tu as extraites de ces paysages. On dirait que, depuis ton voyage, ces montagnes, ces cours d’eau et ces animaux de l’Alaska font partie de notre univers le plus familier. Nous te remercions de tout cela. À lire le texte de ton émule voyageuse, on voit que le charme opère toujours.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *