Photojournalisme, éthique et technologie

Posted by J-P in Photographie | Tagged | 1 Comment

La compagnie Black Star Publishing, l’une des plus grandes agences de photographie au monde, a publié son code d’éthique en photojournalisme.

À l’heure de la manipulation d’image, de Photoshop et de la provenance accrue d’images du grand public, la lecture de ce texte nous éclaire sur l’avenir de la photographie en photojournalisme. Les médias doivent avant tout garder la confiance du public en ne publiant que des images “authentiques”. Ils doivent être vigilants et tenter de filtrer toute manipulation suspecte dans les photographies où la réalité pourrait être biaisée. Le texte traite de problèmes d’éthique précis qui font surface dans un monde technologiquement de plus en plus avancé. L’altération des images et la mise en scène pour recréer des évènements (comme les gens de la télé le font couramment pour filmer un évènement de plusieurs angles) sont des exemples de pratiques à proscrire en photojournalisme pour maintenir la crédibilité des médias. Une bonne lecture si le domaine vous intéresse.

Quant à moi, la création d’image interactive panoramique est basée de facto sur la manipulation d’images. Il faut que les images soient assemblées pour produire une image sphérique. Mais mon crédo est de respecter la scène à laquelle j’ai assistée et de bien sûr corriger les défauts d’assemblage de l’image, le tout sans altérer la scène.

Cliquez sur l’image pour consulter le document.

Three Kinds of Staging

Television news crews, meanwhile, openly defend the staging of shots that could get their print brethren fired, critics say. As Travis Lynn writes for the Journal of Mass Media, their justifications fall into three categories:

1. Staging for purposes of editing. The conventions of TV news call for reverse angle shots, cutaways, and other devices that often require the cooperation of the subject. They cannot be achieved by simply letting events unfold naturally.

2. Staging for purposes of time. Subjects are often asked to repeat, recreate or simulate actions that the videographer missed or does not have time to stay and witness in person. Videographers argue that this does not necessarily alter the integrity of the story, but many print photographers differ on this point.

3. Staging for purposes of storytelling. This is when a videographer stages an event that may or may not naturally occur — and then does not reveal that it has been staged. Most TV journalists draw the line at this kind of staging and consider it unethical. A notorious example of this is Dateline NBC’s staged explosion of a GM truck for a 1993 segment on faulty gas tanks.

One Response to Photojournalisme, éthique et technologie

  1. joseph says:

    réaction à chaud svp,

    je suis d’accord artistiquement avec la remarque, mais hélas… si pas ça le photoshop n’aurait pas sa raison d’être.
    Il lui faut du travail et beaucoup du travail pour preuve, ça nous a servi de matèriel didactique.

    merci à vous

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *