L’illusion de l’hiver

Posted by J-P in Photographie | 3 Comments

L’été est bien installé à Montréal. Les plantes et les arbres sont pétants de santé. Pourtant, une promenade dans le parc de la Visitation ces jours-ci vous étonnera. Comment est-ce possible, encore de la neige en juin par 24 degrés Celsius? Regardez ces photos, on dirait bien de la neige dans l’herbe et sur le sol près du banc?

La réponse à cette énigme qui nous fait croire que le l’hiver tente un retour effronté en plein été: le pollen des peupliers. La nature joue au magicien et nous sert une autre de ses belles illusions. Cette neige estivale se trouve en fait être une immense quantité de pollen qui tombe tout doucement en virevoltant dans les airs, remonte à l’occasion et redescend comme si on assistait à un film au ralenti. Et puis comme des peupliers il y en a ici, il y a donc du pollen en masse! Au fait du pollen ça s’exporte? Combien on paye la tonne?

Nous habitons tout juste à côté du parc et il neige de ce pollen abondamment autour de la maison. Ce n’est pas le meilleur moment pour manger à l’extérieur à moins d’aimer manger du pollen. Un autre effet pervers du pollen est qu’il entre parfois dans nos narines, nos yeux et qu’il peut causer des problèmes d’allergies chez certains. Il s’incruste dans les grilles des moustiquaires. Ces cristaux végétaux s’infiltrent aussi dans la maison, sans fondre évidemment. Ces visiteurs achalants qu’on ne veut pas recevoir, nous pourchassent sans relâche et profitent de l’ouverture de la porte se faire aspirer chez nous. Comme quoi, la nature peut être jolie, mais nous devons la dompter et la discipliner pour ne pas offenser notre nature humaine! Ils sont plus effrontés que les témoins de Jéhovah qui eux restent à la porte. La mousse de pollen se ramasse alors sur le tapis ou roule sur le plancher pour survivre jusqu’à l’assaut final de l’aspirateur.

Voici les coupables, les peupliers et leur mousse de pollen:

3 Responses to L’illusion de l’hiver

  1. Lavoie Suzanne says:

    C’est génial! Il ne me serait jamais venu à l’idée de photographier cette ”neige” printanière du 16 juin à Montréal…
    La similitude du pollen et de la neige est saisissante pour un ”artiste”!

  2. antonine paquin says:

    Merci pour la orécieuse leçon de botanique ! J’ai remarqué l’abondance de ces flocons duveteux qui s’agglutinent sur nos moustiquaires.

    Mais j’apprécie surtout la poésie que tu partages avec nous. On dirait bien un tapis de neige !

  3. Ils ont essayé de vous cryogéniser vous aussi. Je suis heureux de voir que vous avez réussi à leur échapper. Soyez prudent, ils reviendront avec de nouveaux stratagèmes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *