L’île verte

Posted by J-P in Photographie | 2 Comments

Enfin, je reconnais mon pays. Le gazon s’abrie avec sa couette blanche. Mais il le fait à moitié et pas trop vite parce que ce n’est pas encore le grand froid. Le fier sapin du Colorado lui concède cependant une petite île verte, à la base du cou, qui s’effacera sous peu dans la mer blanche. Il n’est pas trop frileux le gazon.

Une chose est sûre, la neige est belle. Je me suis bien creusé la tête hier pour aimer le Noël sec, pourtant il y avait quelque chose qui clochait, qui n’était pas vraiment à sa place. Ce matin, je me sens réconforté de te voir te pointer chez nous en invité attendu. Puis, tu sais que tu es toujours bienvenue à Noël.

Parfois, on y gagne beaucoup en osant se mouiller les pieds. Mais ce matin, j’ai triché. Je suis à peine sorti dehors dans l’entrée sur la pointe des pieds, sans bruit, à l’abri des flocons qui bombardent paisiblement le sol au ralenti. J’ai laissé la neige timide et le gazon tranquilles, pour qu’ils se rencontrent en silence. Pour la première fois qu’ils se fréquentent cette année, je ne voulais pas gâcher leur rendez-vous furtif sur l’île verte…

2 Responses to L’île verte

  1. Antonine Paquin says:

    Tu es notre poète, notre sage, notre penseur! Merci de partager avec nous tes réflexions, tes émerveillements et tes belles images. Je t’en suis très reconnaissante. As-tu commencé à réfléchir aux poèmes et aux beaux airs que tu partageras avec Myriam? Beaux rêves et bon repos!!!

  2. Suzanne Lavoie says:

    Je seconde la réflexion d’Antonine: ”notre poète, notre sage, notre penseur”! Cette fois-ci, tu te dépasses en imagination, en observation, en pensée profonde, en fine sensibilité et en style digne de l’Académie française…
    Tes parents sont fiers de toi. Bravo.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *