Les excuses de Zidane, toutefois sans regrets

Tagged | Leave a comment

Zidane a enfin parlé à la télévision française pour s’excuser et s’expliquer sur son coup de tête. Voici ce qu’on rapporte dans Le Monde :

Zinédine Zidane s’est excusé, mercredi soir sur Canal+, pour avoir asséné un coup de tête au défenseur italien Marco Materazzi lors de la finale du Mondial 2006 de football entre la France et l’Italie.

“Je m’en excuse auprès des enfants et des personnes qui ont regardé cela, a déclaré le meneur de jeu français. Bien sûr que ce n’est pas un geste à faire. Je tiens à le dire haut et fort parce que cela a été vu par deux ou trois milliards de téléspectateurs et des millions et des millions d’enfants qui ont regardé cela.”

“LE COUPABLE EST CELUI QUI PROVOQUE”

Il a affirmé avoir été insulté avec “des mots très durs”. Interrogé sur la teneur exacte des propos de Materazzi, Zidane a indiqué que “c’étaient des choses très personnelles, cela touche à la maman, à la sœur. Il dit des mots et il les répète plusieurs fois. Vous les écoutez une fois, vous essayez de partir. C’est ce que je fais parce que je m’en vais en fait. Vous écoutez deux fois, et puis la troisième fois…”

Michel Denisot lui a demandé si la réalité “recoupait” ce qu’avaient rapporté les tabloïds anglais qui, s’appuyant sur des spécialistes de la lecture labiale, ont accusé l’Italien d’avoir dit : “On sait tous que tu es le fils d’une pute terroriste.” Zidane a juste répondu : “Ben oui”.

Le joueur, qui a pris sa retraite à l’issue du Mondial 2006, a toutefois indiqué “ne pas regretter” le coup de tête qui a provoqué son expulsion à la 110e minute de la rencontre. “Je ne peux pas regretter mon geste car cela voudrait dire qu’il avait raison de dire tout cela”, a-t-il expliqué.

Au sujet de l’enquête disciplinaire diligentée contre lui par la Fifa, Zidane a répondu que, selon lui, “le coupable est celui qui provoque”. “Mon geste n’est pas pardonnable mais il faut sanctionner celui qui a provoqué”, a-t-il lancé.

Et puis, il y a cet article de Foglia sur le Mondial et sur Zidane qu’il qualifie de Héros moderne. J’aime bien lire Foglia. Je le lisais assidûment il y a plusieurs années. Celà fait déjà quinze ou vingt ans! J’avais remarqué qu’il prenait souvent des positions contraires au sens commun ou à ce dont on aurait pu s’attendre de l’opinion de la majorité des gens. Comme si Foglia prenait un malin plaisir à surprendre les gens pour se démarquer, pour être le soldat qui a le bon pas dans le peloton de la masse. Je le soupçonnais de prendre sa tribune de La Presse pour dire au peuple: regarder moi comme je suis “smatte” et que je ne pense pas comme vous. Je me rappelle avec un peu de nostalgie du bon temps que je passais avec papa en lui lisant les chroniques de Foglia, qu’il trouvait assez original. Nous discutions de ses arguments et j’en profitais pour faire l’avocat du diable avec le paternel qui s’amusait lui aussi à constester mes opinions. J’aimais bien ces discussions avec papa. Foglia nous alimentait de sujet au rythme régulier de ses chroniques.

Avec le temps et depuis quelques années, je l’ai délaissé en le lisant assez sporadiquement. Des fois, je commence à lire sa chronique, je me lasse et passe à autre chose. Pourtant, je reconnais qu’il a du flair ce Foglia. En plus, il écrit bien le chroniqueur fanatique de vélo qui habite St-Armand. Enfin, voici ses prédictions sur la suite des évènements de l’affaire Zidane. Je dois bien admettre que son pif ne s’est pas trompé. Voici un extrait de sa chronique:

Je suis prêt à prendre des paris sur ce que je vous avance ci-après.

1- On ne saura jamais ce que Materazzi a dit à Zidane.

2- Dans quelques jours, Zidane va s’excuser publiquement de s’être emporté, de ne pas s’être rendu à la remise des médailles, et il refusera de révéler ce que Materazzi lui a dit, prétextant que ce serait exciter les passions pour rien.

3- Materazzi a probablement agi sur le conseil d’anciens coéquipiers de Zidane du temps où il jouait à la Juve. Buffon? Anyway. Quelqu’un a donné à Materazzi le mode d’emploi pour faire sauter une coche à Zidane. Dis-y ça!

Ça quoi? Je jurerais une vacherie plus qu’une insulte raciste. Un coup bas. Un truc dont Zidane lui-même n’est peut-être pas très fier (raison de plus pour ne pas en parler!).

Mais allez, ne vous inquiétez pas. Vous allez retrouver votre Zizou dans toute son intégrité. Au moment où on se parle, les meilleurs spécialistes en « damage control » des plus grandes agences de relations publiques de France mettent la main à la toute dernière version des regrets de Zidane, et peaufinent sa réhabilitation. Vous allez retrouver votre héros plus grand qu’avant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *