L’ensorceleur de la championne olympique

Posted by J-P in Généralités | Tagged | 1 Comment

L’histoire de la fuite de Myriam Bédard avec sa fille et son conjoint, Nima Mazhari, est pathétique, sinon tragique. Le plus triste dans cette affaire est que la double médaillée d’or olympique se soit laissée complètement subjuguer par l’iranien de 51 ans. Cet homme semble, en effet, être un fraudeur de grand chemin sans scrupules et un personnage hautement désagréable cherchant constamment la chicane et le contrôle total des gens. C’est en plus un ensorceleur redoutable, un manipulateur de la pire espèce. Bref, un détestable type qui est malheureusement entré dans la vie de Myriam Bédard. Quelle sera l’issue de ce drame?

Le journaliste Patrick Lagacé est allé enquêter dans la ville de Québec chez les proches de Myriam Bédard et signe aujourd’hui un excellent article sur l’énigmatique Monsieur Mazhari. À lire pour comprendre un peu mieux le drame qui se joue dans la famille Bédard.

L’énigmatique Monsieur Mazhari
Patrick Lagacé, La Presse

Myriam Bédard fait l’objet d’un mandat d’arrêt aux États-Unis, car on la soupçonne d’avoir enlevé sa fille de 11 ans. On ignore où se trouve exactement l’ancienne championne olympique. Mais on sait avec qui : Nima Mazhari, qu’elle a rencontré il y a cinq ans et qui est devenu son conjoint. Un homme qui ne laisse personne indifférent, et dont on dresse aujourd’hui le portrait. Avant, demain, de pénétrer dans l’univers de l’ex-reine du biathlon.

Ceux qui ont croisé la route de Nima Mazhari s’entendent sur une chose : c’est un homme qui raconte des histoires abracadabrantes. Genre : il fut ami de Picasso. Il est devenu riche grâce à une usine de fabrication de fausses pièces de Mercedes. Il a convaincu Jean Chrétien de ne pas participer à l’invasion de l’Irak. Et il a tenté, en vain, pendant un an, de prévenir les autorités américaines des attaques de 2001.

Évidemment, personne ne croyait aux sornettes de Mazhari.

Personne, sauf Myriam Bédard, double médaillée d’or des Jeux olympiques de Lillehammer, en 1994, qu’il a rencontrée au printemps 2001

Qui est Nima Mazhari? On en sait bien peu de chose, au-delà de ses rocambolesques histoires. On sait qu’il est né il y a 51 ans en Iran, pays qu’il a quitté pour échapper au régime du shah. Qu’il aurait été reçu comme réfugié au Canada en 1985. Qu’il se définit comme artiste-sculpteur-photographe. Et, a-t-il affirmé en cour lors d’un procès civil : «J’achète des maisons, je vends des maisons.» C’est en mars 2004 que Nima Mazhari a fait les manchettes pour la première fois, quand Myriam Bédard, devant le Comité des comptes publics de la Chambre des communes qui enquêtait sur le scandale des commandites, est allée dire la phrase suivante : «Si le Canada n’est pas engagé dans la guerre (d’Irak), c’est parce que Nima Mazhari a donné plusieurs conseils au premier ministre.» Juste ça!

Ce jour-là, tout un pays a dit Nima Qui? Les prétentions surréalistes de l’énigmatique M. Mazhari exaspéraient les amis et la famille de Myriam Bédard depuis trois ans déjà, depuis que Myriam était devenue amie, puis amoureuse de l’Iranien. «Il dit beaucoup de choses qui ne se vérifient pas, explique Pierre Bédard, père de l’ex-reine du biathlon. Nous, il nous a dit qu’il était riche, qu’il avait 120 millions de dollars en Iran, en vendant son usine qui fabriquait de fausses pièces pour les Mercedes. Il dit qu’après avoir fui l’Iran, il est devenu ami avec Picasso, à Paris. Comment voulez-vous prouver ça?!»

Il faut dire que Pierre Bédard, comme sa femme et ses trois autres enfants, déteste Nima Mazhari. D’abord parce qu’il considère Mazhari comme un type «méprisant» : «Pour Mazhari, tout le monde est con, incompétent. Sauf lui.» Ensuite, parce que M. Bédard, comme d’autres, estime que Mazhari a poussé Myriam à couper tous les liens avec sa famille, ses amis et Jean Paquet, le père de la petite Maude.

Un ami qui était très près de Myriam Bédard en 2001, quand elle a connu Nima Mazhari, est d’accord. «Avant Nima, Myriam avait des relations normales avec les gens, avec Jean Paquet, le père de Maude. Puis Myriam s’est mise à parler de Nima, Nima, Nima. C’était Nima tout le temps. Ça m’inquiétait. Elle était fascinée par lui. Elle le trouvait très intelligent. Là où j’ai décroché, c’est le jour des attentats du 11 septembre. Ce jour-là, j’ai parlé à Myriam. Elle m’a dit, le plus naturellement du monde : «Nima savait que ça allait arriver. Il a essayé d’alerter les autorités, le FBI, la GRC. Mais personne ne l’a écouté.» Que Mazhari dise ça, c’est fou. Mais Myriam le croyait! Elle a été endoctrinée.»

Des mots qui tuent
Pour cet ami, Myriam a une sorte d’obsession malsaine pour l’intelligence des gens. La championne olympique vénère le QI, l’intellect, dit-il. C’est ce qui explique que Mme Bédard soit tombée amoureuse de Mazhari. Elle le croit très, très intelligent. Jean Bédard confirme : «Elle est allée dire à la télévision que son conjoint est un des êtres les plus intelligents de la Terre!». Mais, ajoute l’ami de 2001, Mazhari a un côté ludique, enfant. Myriam a souvent parlé d’un épisode survenu boulevard Saint-Laurent, où Mazhari a un loft : «Mazhari a vu un préposé aux constats d’infraction qui donnait un ticket à une auto dont le parcomètre était vide. Mazhari s’est empressé de mettre de la monnaie dans tous les parcomètres du pâté de maisons. Myriam avait été très impressionnée par ça…»

Nima Mazhari a un côté sympathique, confirme le reporter Jean-François Lépine, qui a signé la préface du livre Les ambassadrices, un recueil de photos de Mazhari. On retrouvait dans ce livre publié chez Stanké, notamment, Monique Mercure, Marie Tifo, Nathalie Lambert, Sylvie Bernier, Dominique Michel, Denise Filiatrault, Janine Sutto. «Il y a plusieurs femmes connues, quand même, s’étonne Lépine. Et il les a toutes convaincues de poser pour lui! C’est un charmeur, un séducteur. Mais beaucoup de ces femmes qui ont posé ont trouvé le résultat final décevant. Lui, il a blâmé l’éditeur.» Ça, c’est une constante chez ceux qui ont côtoyé Nima Mazhari : rien n’est jamais sa faute.

Mais il semble que le côté charmeur de Mazhari soit un vernis qui se lézarde rapidement quand on le fréquente. Dans la cuisine du bungalow de Neufchâtel où Myriam Bédard a grandi, Francine Bédard, chemisier bourgogne et cheveux blonds, reste calme quand elle parle de son gendre : «Quand ça ne fait pas son affaire, tu passes par là.» Traduction : Nima Mazhari est capable d’être verbalement brutal. «Il est direct. Ses paroles» Mme Bédard marque une pause. Puis, les mots lui viennent : «Ses paroles tuent.»

Plusieurs personnes interrogées par La Presse, ces derniers jours, ont été stupéfaites par la brutalité verbale de Nima Mazhari. Un entrepreneur de Lévis, qui a vu le couple une soixantaine de fois sur une période de quatre mois, en 2002, donne un exemple de ces éruptions verbales. C’était au Piaf Café, propriété du couple, rue de la Côte-du-Passage. Il était à table avec Mazhari, qui a vu du coin de l’il une serveuse qui écoutait les doléances d’un client. Mazhari, raconte l’entrepreneur, a senti que quelque chose clochait. Il a fait venir la serveuse à sa table :

Qu’est-ce qui se passe?

Le client n’aime pas son café, a répondu la jeune fille.

Il n’aime pas son café?! Eh bien, écoute-moi! T’as cinq minutes pour le faire partir. S’il est encore ici dans cinq minutes, c’est toi qui pars!

Le 911, allié de Mazhari
L’entrepreneur a été sidéré par la réaction disproportionnée de Mazhari face à ce qui n’est qu’un incident banal, dans un restaurant. «Il était tout en rage contenue», dit-il. Cet entrepreneur a fini, après une relation correcte avec le couple, par avoir maille à partir avec Mazhari. «À un moment donné, on s’est chicanés. Le ton a monté. Je suis reparti. La police s’est présentée chez moi! Mazhari a dit que je les avais menacés! Ce n’est pas allé plus loin, je n’ai pas été accusé. Mais quand même».

Ce n’était pas la première fois que Nima Mazhari se sentait «menacé» dans une dispute. Une partie du clan Bédard s’était mobilisée pour préparer l’ouverture du Piaf Café, en 2002, : le père de Myriam, son frère Benoît, sa sur Julie. Or, selon Pierre Bédard, Benoît en a eu assez de voir Mazhari «être méchant» avec Myriam dans les jours tumultueux précédant l’ouverture. Dans le Piaf Café en rénovation, Benoît Bédard aurait levé la voix en avertissant son beau-frère Mazhari «d’arrêter». Mazhari a composé le 911! La police de Lévis s’est pointée au Piaf Café. Il n’y a pas eu d’accusation. N’empêche : Benoît Bédard, écoeuré, est parti.

Ensuite, c’est sa soeur Julie qui est partie, après avoir subi les foudres de Nima Mazhari, selon Francine Bédard.

Il n’a pas été gentil avec Julie, dit Mme Bédard.

Qu’est-ce qu’il lui a dit?

Ah, ça, je ne le dis pas. Il n’a pas été gentil, c’est tout. Ça a tellement secoué Julie qu’elle n’a pas recommencé à travailler tout de suite

Voilà pour les chicanes de famille. Mais Nima Mazhari a le pif pour la chicane et les querelles. Depuis qu’il est entré dans la vie de Myriam Bédard, le couple est abonné aux palais de justice. Ça va du livreur de mazout qui réclame 2500 $ en factures impayées à l’acheteur d’une maison s’estimant floué qui réclame 60 000 $, en passant par Chrysler qui veut 25 000 $ pour la location d’une Mercedes ramenée avant la fin du contrat. Sans oublier que Mazhari est accusé au criminel d’avoir volé 20 tableaux d’une valeur de 100 000 $ à une artiste montréalaise : le procès aura lieu en mai 2007.

Chose certaine, la fusion du couple fut rapidement consommée. Dans le dossier d’une poursuite civile impliquant le duo, La Presse a mis la main sur un formulaire de la Banque TD qui établit clairement que InMarché, la firme de Myriam Bédard, appartient également à Nima Mazhari. Sur le document, une date : le 28 novembre 2001. Quelques mois avant, ils ne se connaissaient pas.

One Response to L’ensorceleur de la championne olympique

  1. Ghislain Tremblay says:

    A ceux qui disent que gourou Nima Mazhari est chef d’une secte d’une seule personne, Myriam, C’est faux!
    Maude quand demander à Lévis si elle croyait en Dieu sa réponse fut ” Oui, le Bon Dieu, c’est Nima ”
    Alors la mère et la fille partage le même gourou Nima Mazhari
    Ghislain

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *