Au large dans l’embouchure du Saguenay

Posted by J-P in Photographie, Voyage | Tagged | 1 Comment


L’embouchure du Saguenay vue de Pointe Noire.


Image panoramique par assemblage de l’embouchure du Saguenay

Le jour se pointe à l’horizon dans l’embouchure du Saguenay. Le relief des falaises se dessine de l’autre côté du fleuve. Quelques faibles lumières dans la noirceur trahissent le village de Tadoussac, au pied des falaises escarpées du fjord du Saguenay. Les couleurs chaudes se mêlent et s’envolent dans les nuages et dans mes yeux. Je me sens en vie et je suis heureux, comme doit l’être le Soleil qui va revivre bientôt.

Nous sommes au Centre d’interprétation et d’observation de Pointe-Noire tout près de Baie Ste-Catherine. Je me suis levé tôt alors qu’Hélène roupillait encore. Le parc n’est pas ouvert et il n’y a pas un chat pour profiter du spectacle. Les autres ne savent pas ce qu’ils manquent… Pointe-Noire est un site exceptionnel pour observer les bélugas et autres mammifères marins. Pendant la journée, nous avons en effet vu quelques bélugas dans l’estuaire du St-Laurent.

Hélène et moi avions souvent parlés d’aller faire du kayak de mer dans la région de Charlevoix pour voir les baleines… Début septembre, c’est la fin de semaine de la fête du travail et je nous félicite d’avoir eu la bonne idée de venir ici pour réaliser un de nos rêves. Nous allons aujourd’hui la faire notre promenade en kayak de mer le long de la plage de Tadoussac. 🙂

Nous partons en kayak double de la plage de Tadoussac et nous faisons une courte escale sur l’immense et magnifique plage des dunes de sable au nord de Tadoussac pour diner. Pas de touristes ou d’autres personnes, nous nous croyons dans un monde désert. J’ai rarement vu un paysage aussi époustouflant et je suis fier d’habiter au Québec. La pente abrupte de sable agit comme une barrière naturelle de telle sorte qu’il est difficile d’accéder sur la plage par la terre. Au moment où je fais cette réflexion, une fille dévale la longue pente de sable en soulevant un nuage de sable. Un projectile humain qui glisse sur la dune, allez hop, cascade! Avant que le secteur ne soit protégé il y a une vingtaine d’années, il paraît que les gens descendaient les dunes de sable en ski. Du ski sur sable, y pensez-vous? Ils sont fous ces Romains… s’cusez, ces habitants de Tadoussac!

Vers la fin de notre randonnée, sur le chemin du retour vers la baie de Tadoussac, une baleine apparaît presque dans la ligne qu’emprunte les traversiers entre Baie Ste-Catherine et Tadoussac. La guide, qui mène l’expédition, un français et nous, tout le monde pagaye en pourchassant la baleine pour la voir de près. Elle ne se laisse pas facilement approcher notre baleine, la distance la plus courte nous séparant du cétacé est une centaine de pieds. C’est excitant, mais désolé, pas de photos parce que je suis trop occupé à agiter ma pagaie. En plus, Hélène se repose les bras et je rame pour nous deux. Le privilège de l’épouse qui se la coule douce… Et puis, c’est pas une histoire de pêche, alors j’espère que vous allez me coire 😉 Une autre fois je vous parlerai de la grosse baleine bleue qu’Hélène et moi avons chassée aux Escoumins dans la même journée, mais là je suis fatigué.


Hélène mène le bal dans notre kayak tandem.


Pause pour diner sur la plage des dunes de sable.

DSCN0517 IMG_0065

One Response to Au large dans l’embouchure du Saguenay

  1. Suzanne Lavoie says:

    Quelle merveille que ce reportage si bien écrit et si vivant! J’ai l’impression d’être sur place avec vous et de jouir de ces superbes paysages… Revenant des Iles de-la-Madeleine et ayant admiré la nature à son meilleur, je me sens encore plus capable de comprendre l’émerveillement devant le spectacle de la nature!

    Oui, J.Pierre, nous sommes fiers de notre Québec et de notre Canada!
    Nous n’avons rien à envier à qui que ce soit: l’immensité et la beauté
    de notre pays est inégalable.

    Félicitations pour ce blogue!