La touriste de l’espace et son journal de bord

Posted by J-P in Généralités | 3 Comments

La première touriste «civile» de l’espace écrit présentement son journal de bord en orbite autour de la Terre. Anousheh Ansari est cette brillante et richissime femme américano-iranienne de 40 ans qui se paie actuellement un voyage dans la station spatiale internationale. L’histoire est en train de s’écrire et l’histoire de cette femme est intéressante parce qu’elle incarne le prototype du rêve américain.

Anousheh a immigré aux États-Unis en 1984 et ne parlait pas l’anglais. Cependant, elle a tout de même étudié en génie, puis elle est devenue une riche entrepreneure en fondant plusieurs entreprises technologiques aux États-Unis avec son mari. Anousheh Ansari a figuré en 2001 dans la liste du magazine Fortune parmi les “40 under 40” (40 personnalités de moins de 40 ans). Elle a ensuite créé la société Prodea Systems, qu’elle lance juste avant de partir dans l’espace.

Anousheh avait aussi le rêve d’aller faire la touriste dans l’espace et d’être une pionnière à sa façon pour découvrir le monde. Elle a décollé dans la capsule Soyouz le 18 septembre pour un voyage de 10 jours dans la station spatiale internationale. Durant son voyage, elle rédige un blogue qui se trouve ici, tout en admirant notre planète bleue. Quelle histoire palpitante!

Elle compare en ces termes le retour au sol de la navette Atlantis qu’elle a vu de l’espace à une comète brillante s’échouant sur terre:

UNBELIEVABLE…
L.A. just called me to watch the shuttle Atlantis land… What a sight… This trip is just getting better and better. It was beautiful. First just a flashing dot of orange color light then a steady point of light… and toward the final stages it just looked like a beautiful comet in slow motion. A shining orange point with a streak of white tail behind it….
Just incredible… As I watched them land I prayed for their safe landing. We lost sight of them as the daylight began to obscure our view… But we later heard that they landed safe and sound…
Happy return Atlantis…

La fraicheur de son récit est captivante et presqu’aussi sympathique que le beau sourire de madame. Elle veut faire profiter ses lecteurs de sa perspective unique et de la chance qu’elle a de pouvoir réaliser ce rêve extraordinaire. Elle a été estomaquée par la beauté de la Terre lorsqu’elle l’a aperçue pour la première fois de là-haut.

L.A. took his glove off and it started floating in the cabin. I could not stop giggling the whole time… I was finally able to take a look outside and saw the Earth for the first time… Tears started rolling down my face. I could not catch my breath… Even thinking about it now still brings tears to my eyes. Here it was this beautiful planet turning graciously about itself, under the warm rays of the Sun… so peaceful…so full of life… no signs of war, no signs of borders, no signs of trouble, just pure beauty…

How I wished everyone could experience this feeling in their heart, specially those who are at the head of the governments in the world. may be this experience would give them a new perspective and help bring peace to the world.

Elle laisse parler ses émotions et raconte comment elle se sent dans toute son aventure. Bien sûr, elle a eut des problèmes de nausées et de mal de l’espace les premiers jours. Elle était couchée en état d’apesanteur dans son « Bat sack » comme les chauves-souris qui dorment la tête en bas. Au début de son séjour, elle ne mangeait pas beaucoup et a due recevoir quelques injections de médicament pour l’aider un peu. Elle raconte ses problèmes de dos causés par la colonne vertébrale qui s’allonge et du sang qui s’accumule dans sa tête puisque la gravité n’est plus là pour attirer le sang vers le sol.

En tant qu’étrangers au monde des astronautes, nous pouvons nous identifier à cette femme qui découvre cet univers avec un œil neuf comme le nôtre. Je vous recommande fortement la lecture de son blogue qui est passionnant et dont les billets se construisent dans l’espace actuellement. A work in progress! Je termine avec un extrait de son texte qui répond à des questions qui vous sont probablement passées par la tête: comment se lave-t-on dans l’espace?

…that everyone wants to know: How do you take a shower in space? How do you brush your teeth? How do you wash your hair?
Well my friends, I must admit keeping good hygiene in space is not easy! There is no shower or faucet with running water. Water does not “flow” here, it “floats” — which makes it a challenging act to clean yourself. So what do people do up here, specially the ones staying for six months at a time…? They improvise!
There are wet towels, wet wipes and dry towels that are used for cleaning yourself. Usually each person gets a wet towel a day and couple of dry ones. Each person has a personal hygiene kit where they keep their stuff like toothbrush, shaving kit, creams , etc. I got Dice-K’s kit so it had a razor and lots of shaving cream, but no makeup
Now brushing your teeth in space is another joy. You cannot rinse your mouth and spit after brushing, so you end up rinsing and swallowing. Astronauts call it the fresh mint effect
The most interesting experience — or I should call it experiment — is washing your hair. Now I know why people keep their hair short in space. You basically take a water bag and slowly make a huge water bubble over your head and then Very Very Gently, using a dry shampoo, you wash your hair. At the slightest sudden movement, little water bubbles start floating everywhere. I’ve made some video of my hair-washing experience that I will share when I return
Of course water here is a valuable resource, and is recycled so anything wet is not thrown out, instead it is left out to air dry. There is a water conduction collection unit that takes the moisture out of the air and recycles and purifies it. This includes your sweaty clothes after exercising. One of the cosmonauts once told me, “We are all very close to each other, we are like brothers and sisters, it is very unique because we drink each others’ sweat.” Now I know well what he means…
There is exercise equipment here, a treadmill and a bike with the best view of the world in the Russian segment, and some resistance training equipment and another bike in the American segment.
Astronauts and cosmonauts train every day, sometimes twice a day, to make sure they reduce the effects of weightlessness on their muscles and bones. Just in case you didn’t know, when people are in weightlessness for an extended period of time, their muscles start weakening and shrinking because they are not used as much. There is no gravity to work against, so everything is effortless. You also start losing calcium in your bones so you have a bone density loss.
They always say you cannot have your cake and eat it too… So I guess all the beauty and excitement of space comes with a price. Of course I’m sure one of you guys out there will become a biologist or a doctor who will figure out how to counteract all these effects so we can travel long distances to Mars and other solar system planets and moons and continue our quest beyond our solar system…
Space Cadet,
Anousheh

3 Responses to La touriste de l’espace et son journal de bord

  1. Suzanne Lavoie says:

    Quelle belle histoire vraie!
    Cette Anousheh Ansari me donne le goût de m’inscrire à la prochaine expérience possible du genre…Elle décrit de là-haut une vision si magnifique de la terre et avec un tel emballement et une telle fraîcheur, qu’elle me transmet le désir de l’imiter! J’ai l’intention d’en parler à Joanne qui m’y accompagnerait volontiers, je crois…
    Ce serait la beauté, la paix, la tranquillité, l’extase. Et mes vieux genoux ne seraient pas malmenés. Qu’en penses-tu?

    Pour m’y préparer, je lirai le blogue d’Anousheh à tous les jours, jusqu’à la fin de son voyage.

  2. Gilles Langevin says:

    Quelle admiration j’éprouve devant l’audace, le courage, la fraîcheur, la passion de voir ou de savoir de cette jeune femme, pleine de vie! Je m’arrêterais là, si je ne pensais aux 20 millions dont il a fallu payer cette expédition unique. Que de besoins essentiels on peut combler, que de misères on peut alléger, avec cette somme qu’une telle personne pourrait doubler ou tripler sans effort! À la vérité, je préfère les initiatives de Bill Gates! Un humoriste sermonneur ajouterait qu’il y a bien d’autres moyens d’aller au ciel, mais je ne l’ajouterai pas. Au revoir. Gilles

  3. Je suis bien d’accord avec cette observation. 20 millions est une grosse somme qui pourrait être sûrement mieux investie de façon plus positive pour l’humanité. Il faut admettre que tous les gens ne sont pas des mécènes comme notre ami Bill Gates.

    J’ai eu un peu la même réaction devant les analyses poussées, sur la batterie d’experts et d’équipements qui recherchent ce qui est à l’origine du sourire de la Joconde de Vinci. Qu’est-ce que cet argent va donner en fin de compte pour le bien de la société?

    On peut se consoler par le fait qu’au moins, même si ces dépenses ne règleront pas de problèmes directs, elles ne sont pas investies en des projets destructifs ou négatifs comme l’achat de missiles, de bombes ou de drogues.