La dernière promesse de Charest: c’est gênant!

4 Comments

Je suis gêné aujourd’hui par la dernière promesse de Charest qui veut utiliser 500 millions de surplus reçus du fédéral pour baisser les impôts. Dans un élan d’opportunisme, Charest fait ainsi une proposition désespérée de dernière minute qui est d’un cynisme incroyable.

Premièrement, il ne baissera jamais les impôts. En 2003, le chef libéral avait promis de réduire les impôts de un milliard de dollars par année pendant cinq ans. Mais, il a violé cet engagement, ce qui lui a été reproché depuis le début de la campagne. Pourquoi le croirait-on maintenant?

Ensuite, notre province est dans la bataille des services pour améliorer nos systèmes déficients en éducation et en santé. Par exemple, il serait logique d’investir quelques millions de plus dans la propreté des hôpitaux, ne serait-ce que d’acheter du savon et de la peinture! Vous ne pensez pas qu’un bon lavage en règle serait bienvenu dans nos hôpitaux? Charest répétait inlassablement qu’il manquait d’argent pour réparer ce qui est tout croche dans le système!

Vraiment, Charest perd aussi toute sa crédibilité face à la population et face au gouvernement fédéral. Toutes les demandes de transfert de fonds du fédéral étaient des mensonges? Nous n’avions pas cruellement besoin de l’argent récupéré d’Ottawa pour améliorer nos services?

Hélas, Charest se lance dans une basse promesse électorale de dernière minute. Lui qui reprochait à Dumont de livrer son cadre financier dans les derniers miles sort un autre chapeau de son sac à la dernière heure. Cette promesse n’est pas sa meilleure trouvaille. Elle est irresponsable et incohérente.

Je suis gêné pour Charest qui est en train de perdre sa crédibilité!

Lire la chronique aujourd’hui de Vincent Marissal dont voici des extraits (lien à venir car elle n’est pas encore en ligne):

… Eh bien, nous avions tout faux. Jean Charest, apparemment, n’a pas besoin de plus d’argent pour fournir ces services, même s’il répète 10 fois par jour depuis le début de cette campagne que la santé est sa “première priorité”, même s’il veut dégeler les frais de scolarité pour accroître le financement des universités, même s’il affirme qu’il n’a pas pu baisser davantage les impôts dans son mandat parce que la situation financière du Québec ne le lui permettait pas, même s’il avoue qu’il manque encore de l’argent dans le budget Flaherty pour l’éducation postsecondaire.

… En fait, M. Charest envoie un bien étrange signal à Stephen Harper: dans le fond, le gouvernement du Québec n’a pas besoin de fonds supplémentaires, il peut les donner en baisse d’impôts. Donc, merci Stephen, mais vous nous avez envoyé 700 millions de trop!

4 Responses to La dernière promesse de Charest: c’est gênant!

  1. Suzanne Lavoie says:

    De l’opportunisme, il y en a malheureusement chez tous les chefs politiques! Une chose de réglée.

    Si M.Charest se permet de réduire les impôts des particuliers, c’est parce que la situation financière ”ACTUELLE” de notre province le permet et qu’il veut satisfaire la population québécoise qui lui reproche d’avoir été incapable de l’avoir fait plus tôt.
    Comme l’a affirmé Mme Forget ce matin (émission radio, avec M.Maisonneuve), le problème de la ”SANTE” n’en est pas un de ”sous”, mais de manque de médecins et d’infirmières.
    Cause de ce problème: mise à des retraites prématurées des M.D. et infirmières avec des plans scandaleux de bénifices financiers… Tout ceci a été promulgué par l’administation péquiste antérieure!!! Sous peu, la formation de 7 ans des M.D. prendra fin et ce manque de médecins sera comblé.

    Parlons maintenant de MARIO, AU PAYS DES MERVEILLES (dixit le SOLEIL d’aujourd’hui).
    Ce monsieur est rêveur et démagogue. Il n’est pas crédible. M.Marissal lui-même affirme que son programme d’aide aux familles (900 millions) n’est pas faisable et que son abolition des conseils d’agglomération provoquera le retour des querelles… Comment réussirait-il le retour au travail de 25,000 personnes qui profitent actuellement de l’aide sociale? Comment pourrait-il gouverner en éliminant MONTREAL de la carte? Même si cette métropole n’a qu’un nombre très limité de députés, tout en étant la moitié de population du Québec…, il n’en reste pas moins que MTL a des besoins et qu’elle est la porte d’entrée de l’économie et de l’immigration.

    Conclusion: M.Dumont est intelligent, mais il manque d’expérience et de lucidité. A la prochaine, Mario!

  2. J-P says:

    Bon commentaire Suzanne, mais il faut tenir compte de ceci: La situation actuelle ne permet pas de baisser les impôts. Je suis d’accord avec toi sur le fait que le problème de la santé n’est pas uniquement un problème d’argent. Il y a le manque de ressources (médecins et infirmières), mais surtout la méthode et l’organisation du travail dans le système de santé est déficiente. Par exemple, les médecins ou chirurgiens ne peuvent pas opérer plus d’une journée par semaine parce que le GOUVERNEMENT N’A PAS LES MOYENS DE LES PAYER. Il y a place à l’optimisation du système en améliorant la méthode de gestion dans les hopitaux. Charest pourrait utiliser l’argent du fédéral pour l’ajouter à ce service, pas en baissant les impôts.

    Ce n’est donc pas en ajoutant uniquement des ressources que le problème sera réglé puisque les ressources actuelles ne sont pas utilisées adéquatement.

    Je répète, Charest perd de la crédibilité avec cette promesse. Il aurait mieux fait de ne rien dire à ce sujet comme André Boisclair l’a fait. Les gens ne vont pas le croire de toute façon car il répète le manège de 2003. Ce n’est pas sérieux.

    Quant à Mario, je n’en parle pas dans ce billet. Il est question de la promesse de Jean Charest.

  3. Suzanne Lavoie says:

    Si les chirurgiens doivent respecter un ”quota” pour les opérations, celà ne vient pas de l’incapacité du gouvernement à les payer, mais du manque de personnel infirmier pour les assister.
    De toutes façons, M.Charest a le droit d’tiliser les cadeaux du Fédéral, comme il l’entend… Celà fait partie de la liberté.

  4. Charest disait que sa priorité c’était la santé. Dès qu’il reçoit plus d’argent du fédéral (en passant, c’est 900 millions de plus que ce que l’on s’attendant à recevoir en 2007-2008, pas le ronflant 2.4 milliards qui tient compte de sommes déjà budgeté et promis par l’ancien gouvernement Martin), il la dépense en baisse d’impôt. Comme le dit Michel David, cette fois-ci, au moins, il brise sa promesse avant même d’être élu. C’est une forme de transparence…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *