L’explication du «séparatiste» Michel Tremblay

1 Comment

En me rendant au travail ce matin, j’écoutais à la radio Michel Tremblay s’expliquer à Paul Arcand sur la controverse impliquant l’écrivain depuis dimanche dernier.  On rapportait en manchette que Michel Tremblay ne croyait plus en la souveraineté du Québec et que l’aspect économique prenait beaucoup trop de place dans le débat.  Si on veut faire la souveraineté, il faut avant tout le faire pour d’autres raisons comme, entre autres, des raisons culturelles ou pour vouloir défendre son identité francophone.

Les deux chefs de partis souverainistes, Duceppe et Boisclair, l’ont appelé dans les jours suivants pour lui dire qu’ils comprenaient sa mise au point et l’esprit de son intervention.  Jusqu’à maintenant tout va bien les réactions sont saines, on est dans un climat civilisé entre êtres humains qui discutent de leurs visions du monde.  Par contre, là ou ça dérape c’est lorsque deux confrères « écrivains», Victor-Lévy Beaulieu et Yves Beauchemin, sautent aux barricades en disant que Tremblay va trop loin qu’il a commis un acte de trahison (!), que monsieur est riche alors qu’évidemment les questions économiques ont moins d’intérêt pour lui et qu’il aurait mieux fait de se taire.  Landry a même sauté dans la mêlée en disant qu’il n’achèterait ni ne lirait plus de Michel Tremblay!  Quelle bande de fieffés individus bornés!

Michel Tremblay raconte que premièrement il était toujours séparatiste comme à la première heure depuis 40 ans.  Ensuite, il dit qu’on est en démocratie et qu’on a le droit d’exprimer ses opinions.  Ce qui est inacceptable est de se faire cracher au visage par ses deux confrères.  « C’est carrément fasciste de vouloir bâillonner l’expression des gens de cette façon» dit le dramaturge. 

Je ne suis pas souverainiste personnellement, mais je suis bien d’accord avec le raisonnement de Tremblay relativement à la liberté d’expression.  Les souverainistes semblent avoir l’épiderme un peu trop sensible et ils sont plus catholiques que le pape en ce qui concerne leur option qui est presque devenue une religion.  Aucune dissension ou questionnement n’est possible pour un artiste québécois qui ose lever le ton et questionner le credo des souverainistes.  Ainsi, ça brasse fort dans la sacro-sainte chapelle indépendantiste…

Pour éviter de tomber dans le totalitarisme et la pensée unique, il faudrait que les souverainistes extrémistes reviennent sur Terre et se calment un peu le pompon.  C’est ce que font les deux chefs indépendantistes, contrairement à Victor Levy Baulieu et Yves Beauchemin qui sont moins habiles, plus soupe au lait, donc moins prudents probablement parce qu’ils ne sont pas de vrais politiciens.

Allo, il y a quelqu’un?  Chers amis, est-ce qu’on a le droit de s’exprimer, de discuter et de faire des mises au point?

Enfin, pour plus de réactions « positives » sur la sortie de Michel Tremblay, lire cet article d’Yves Boisvert.

One Response to L’explication du «séparatiste» Michel Tremblay

  1. Suzanne Lavoie says:

    Je suis pour la liberté d’expression! Michel Tremblay a raison.
    Landry et Boisclair sont obtus. Quels esprits bornés.

    On a la chance de vivre dans une partie du globe où l’on n’est pas constipé.
    Profitons- en.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *