Dion le cégépien

Leave a comment

Le chef libéral Stéphane Dion aura toujours une grosse côte à remonter s’il continue d’agir en cégépien. Le discours “majeur” qu’il devait livrer à la chambre de commerce hier à Ville St-Laurent en a déçu plus d’uns. Lire à ce sujet la chronique de Michel C. Auger qui n’est pas tendre à son égard:

… Pour un chef qui a été élu dans l’enthousiasme il y a quatre mois à peine, une telle salle pour un discours que l’on avait qualifié de majeur était surtout une preuve de l’incapacité du Parti libéral du Canada à se renouveler.

Mais ce qui était le plus décevant, c’était le discours de M. Dion. Venant d’un homme de contenu qui nous avait habitués à une grande force intellectuelle, on a plutôt entendu un exposé qui ressemblait au premier travail d’un cégépien en science politique ou en philosophie.

… Quand le chef a si peu à dire dans un discours qui se voulait majeur, il n’est pas étonnant que les troupes soient sorties de là quelque peu démoralisées. Il y a quatre mois, à peine, Stéphane Dion était élu chef de ce parti. Aujourd’hui, les libéraux semblent surtout chercher le meilleur moyen de sauver les meubles lors du prochain scrutin en pensant déjà à l’après-Dion.

Et si Stephen Harper a toujours des espions qui suivent le chef libéral, nul doute qu’ils auront dit au premier ministre qu’il n’y aurait rien à craindre de la part des libéraux au Québec s’il décidait – même s’il semble pencher de l’autre côté – de déclencher des élections pour ce printemps.

Ayoye là où ça fait mal! Harper ne doit pas avoir trop peur de son adversaire libéral et ce n’est sûrement pas l’effet que recherche M. Dion.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *