Déception chez des recrues “vedettes” libérales

Leave a comment


Jean Charest le jour de la St-Valentin 2007 avec Pierre Arcand et Nicole Ménard, deux “ex-vedettes” du Parti libéral du Québec.

Deux candidats vedettes, que Jean Charest avait été ravi de repêcher dans ses troupes, se retrouvent le bec à l’eau à la suite de la formation du nouveau cabinet ministériel. En fait, Pierre Arcand et Nicole Ménard se retrouvent en fait backbencher et se sentent, j’imagine, floués par notre Premier Ministre.

Pierre Arcand est l’ancien président de Corus Québec. Jean Charest l’avait présenté le jour de la St-Valentin comme son candidat vedette. Arcand était sensé être la “pierre” angulaire de l’équipe économique du gouvernement. Jean Charest a ainsi passé un beau sapin à M. Arcand. Puis, imaginez le pire pour Arcand: il est député de Mont-Royal. Pensez-vous qu’il aura de gros défis à réaliser et de bons dossiers à traiter dans un comté libéral depuis toujours?

Que dire d’une femme de grande valeur qui a été laissée à la porte: Nicole Ménard. Elle quitte la Vice-Présidence de la Banque de Montréal où elle brassait littéralement des milliards et réalisait des projets d’envergure souvent au-delà même des réalisations gouvernementales. Et Hop! Nicole dans le poulailler des banquettes arrières. Elle aussi s’est fait passer un autre gros sapin par Charest. Mme Ménard doit fulminer et je suis sûr qu’elle ne doit pas la trouver drôle.

Voici ce que rapportait le quotidien Le Devoir le 14 février lors de l’annonce de l’équipe économique de Jean Charest:

Le chef du Parti libéral du Québec était visiblement fier d’avoir à ses côtés une figure marquante du monde des communications et une femme à la longue feuille de route dans le milieu bancaire. M. Arcand et Mme Ménard ajoutent leur expertise et leur expérience à celles des Monique Jérôme-Forget, Raymond Bachand, Sam Hamad et Alain Paquet déjà en poste. Tout ce beau monde au sourire flambant pour l’occasion offrait, avec le ministre des Finances, Michel Audet, qui a annoncé son retrait, et le premier ministre au centre, un tableau digne d’une mise en scène électorale.

J’imagine que Pierre Arcand et Nicole Ménard doivent rire jaune aujourd’hui. Les politiciens sont de vrais girouettes qui tournent au gré des vents!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *