Cinquante minutes en ballon

Posted by J-P in Photographie | Tagged | 1 Comment

J’ai pu faire un tour de montgolfière vendredi de la semaine passée à St-Jean-sur-Richelieu puisque la météo était au rendez-vous. Un coup de chance par ces temps de pluie. J’en étais à ma première visite au site du festival de montgolfières et plusieurs ont dû se rendre au moins deux fois au site car les vols avaient été annulés les jours précédents. Les ballons n’ont pu décoller que 6 fois en dix tentatives parce que les conditions n’étaient pas favorables.

C’était mon baptême de l’air en ballon et je ne savais pas à quoi m’attendre. J’avais des appréhensions sur la possibilité d’apporter mon matériel photo à bord de la petite nacelle du ballon Dream Chaser. Le sympathique pilote américain du New Jersey, Joe Doerer, m’a dit que la nacelle était conçue pour loger trois passagers en plus du pilote, mais qu’il ne prenait habituellement que deux passagers pour être plus à l’aise. Nous étions donc tassés la passagère Mélanie Leblanc, le pilote et moi, mais j’imagine que c’est la norme en montgolfière. D’ailleurs j’ai peine à comprendre qu’il y ait de la place pour quatre personnes dans une si petite nacelle…

J’étais soulagé: Joe Doerer n’a pas sourcillé à la vue de mon matériel et m’a permis de monter avec mon équipement relativement léger (Canon XTI pour le pano, Canon 40D pour les images individuelles, un monopole, un trépied léger en fibre de carbone dont je ne me suis pas servi, sac à dos, etc.). Un mot pour décrire l’expérience: Wow! La lévitation absolue, douce au décollage et pendant le vol. J’avais tout le temps voulu pour faire des prises de vue de mon fabuleux poste d’observation. L’atterrissage s’est aussi fait en douceur. Il parait que parfois la nacelle culbute dans des conditions extrêmes et que le choc est un peu plus brutal. Mais les conditions étaient idéales pour notre envolée matinale. Comme notre vitesse était relativement basse en vol, l’assemblage des images n’a pas été trop problématique, quoique ce pano-reportage m’a pris deux à trois fois plus de temps à faire pour corriger les erreurs de position des câbles de la nacelle, etc. qui bougent forcément durant le vol.

Voir et entendre le montage de l’image panoramique interactive en cliquant sur la photo suivante:

One Response to Cinquante minutes en ballon

  1. Langevin, Gilles says:

    Voilà certainement une de tes grandes réussites. Dorénavant, on saura que tu domines le monde des photographes. On sent ta joie d’ailleurs de survoler l’immense prairie, de filmer de l’intérieur la voûte multicolore du ballon, de prrendre (ou de laisser prendre, à propos de toi) les très belles photos qui accompagnent la photo-bulle.
    Ce que seuls les initiés sauront, cest que tu as redressé les cables de l’appareil. Quand l’ingénieur vient au secours du photographe, on assiste à des merveilles. Te voici dans la classe des Arthus Bertrand! Félicitations.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *