Bonne fête Marie-José

Posted by J-P in Généralités | 3 Comments

Marie-José, c’est aujourd’hui ta fête. Tu aurais eu 47 ans en ce 21 janvier si tu étais encore parmi nous. Je disais hier à mon autre grande soeur Martine que j’avais ton âge, 38 ans, lorsque tu nous a quittés sans que nous ayons eu le temps de nous dire au revoir.

Où que tu sois, tu es toujours dans mon coeur et dans ma mémoire. Je pense souvent à ton sourire et aux fous rires que nous avions ensemble. Mais la vie est si fragile et la révolte causée par ton départ injuste ne sert à rien. J’aime mieux revoir ton beau sourire contagieux qui éclairait ta vie et celle de tes proches.

Je me rappelle des nombreux tests que tu devais faire à chaque jour pour contrôler la maladie sournoise qui t’affligeait, le diabète. Tu passais ta vie à te piquer. Une goutte de sang à mesurer ici, une injection d’insuline à te donner là. Tu cherchais constamment sur ta peau les endroits ou donner tes prochaines piqures, sur les cuisses ou sur le ventre. Tu faisais aussi des tests de pipi pour mesurer la concentration de sucre dans tes urines.

La vie est faite de coïncidences ou bien, notre esprit cherche en vain à faire des liens. Aujourd’hui, à la date de ta naissance, nous ferons un autre test de pipi, 21 jours après la naissance de Myriam. Ce test de pipi de routine, prescrit à tous les nouveau-nés âgés d’au moins 21 jours, sera analysé par le gouvernement canadien pour dépister certaines maladies. Si les résultats sont négatifs, Myriam n’en entendra jamais parler.

Hélène se demande bien comment tu étais, Marie-José. J’aurai bien aimé que tu connaisses Hélène et Myriam, mais le hasard a fait que tu ne puisses pas le faire. Cependant, compte sur moi pour leur parler souvent de toi tout au long de ma vie parce que tu seras toujours ma belle grande soeur qui aimait tant la vie. Je t’aime toujours très fort. Mais la vie est si fragile et si injuste. Elle est aussi dépourvue de toute logique, même si elle peut être si belle.

Bonne fête Marie-José.

3 Responses to Bonne fête Marie-José

  1. martine lavoie says:

    Marie-José,
    On t’aime toujours; tu es une source d’inspiration pour ceux qui t’ont connue.

    Isabelle ira faire un bonhomme de neige sur la montagne pour sa tante Marie-José dont je lui parle souvent. elle a hérité de ton sourire et de tes fous rires contagieux, comme le dit Jean-Pierre.

    On ne t’oublie pas; tu es toujours ma grande soeur, même si le temps n’altère pas ton image de belle jeune-femme. Ta soeur Martine xxxxxx.

  2. Suzanne Lavoie says:

    Chère Marie-José,
    Tu es un exemple d’acceptation de la maladie et de grande maturité, pour tous les gens qui t’ont connue et aimée! Tu nous a tous marqués, à ce sujet. Face à cet exemple, au lieu de nous révolter face à ton départ subit, inexpliqué, injuste et extrêmement douloureux, nous avons dû accepter ce drame…

    Ton sourire fut contagieux, en toutes circonstances et tout le temps de ton existence. Jamais de plaintes de ta part, en dépit des multiples injections, tests urinaires, visites médicales, traitements oculaires au laser et discipline de vie très ordonnée. Tu étais très consciente des complications de ce diabète. Tu te préparais même à suivre des cours de ”braille”. Ce fait m’a marquée au point qu’aujourd’hui encore, je me surprends occasionnellement à me fermer les yeux en marchant dans la maison, afin de me situer au cas où je deviendrais aveugle…

    Ton plaisir de cuisiner était si grand que tu nous fabriquais des repas gastronomiques pour ta satistaction de nous voir appécier tes succès culinaires. Tu t’abstenais d’y goûter… Quel contrôle!

    Aujourd’hui j’espère que tu vois Isabelle et Myriam, toi qui aimais tellement les enfants!

    Chère Marie-José, je t’aime profondément et te remercie pour tout le bien que tu nous as apporté et nous apportes encore.
    Je t’embrasse toi et ton père.

  3. Gilles Langevin says:

    Jean-Pierre, Je te remercie de l’hommage ému que tu rends à ta grande soeur. Une grande et tendre affection vous liait, qui attestait bien ta compassion pour la soeur blessée et son admiration pour le frère surdoué. Marie-José, c’est le courage, la force, la sensibilité, la joie et le goût de la vie, malgré tout, et d’abord une capacité indéfectible d’aimer. Elle est pour nous tous et pour toujours une présence et une inspiration.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *